Que l'on se promène en forêt vers Emeville, Haramont ou Longpont, que l'on prenne la route de Vivières, la route de Corcy, le constat est le même : le nombre d'arbres coupés est de plus en plus important, les coupes à blanc se multiplient, la forêt est saccagée. 

Un nombre impressionant de troncs est aliogné le long des routes et des chemins, le parc à grumes déborde.

Les arbres les plus beaux et les plus agés ont été sacrifiés, les coupes s'arrêtent à la limite des villages défigurant le paysage. 

De profondes ornières créées par les engins de coupe rendent le cheminement très compliqué, la biodiversité est malmenée, et la grande faune doit rechercher bien loin le couvert végétal pour se dissimuler.